Mobilisation unitaire le 7 mai à Paris : venez nombreuses !

La colère des infirmières et la loi Blanquer

COMMUNIQUE DE PRESSE DU SNICS FSU - Le 9 avril 2019

 

Parce que la réussite scolaire des élèves et étudiant.es a toujours été sa priorité, le SNICS FSU se mobilise pour que la promotion de la santé à l’école ne soit pas sacrifiée !

Alors que plusieurs articles sur la santé à l’Ecole vont être examinés par le Sénat dans le cadre du projet de loi « pour une école de la confiance », alors que d’importantes avancées de la politique éducative et de santé à l’école issues de la loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République sont menacées, le SNICS-FSU tient à rappeler les orientations qu’il défend.

Le SNICS-FSU, syndicat majoritaire des infirmier.es de l’Education nationale, alerte sur les modifications graves de conséquences apportées par la loi BLANQUER. Il demande l’application des textes de 2015 et le maintien d’une politique éducative sociale et de santé en faveur des élèves,sous la gouvernance et la responsabilité pleine et entière du Ministre de l’Education nationale.

La santé étant un des déterminants d’une possible réussite scolaire des élèves, le SNICS FSU exige le maintien des infirmier.es au sein de l’équipe éducative et pédagogique sous la hiérarchie du chef d’établissement, au plus près des besoins des élèves.

Il refuse la constitution d’une équipe pluriprofessionnelle avec une organisation fonctionnelle intégrant les infirmier.es, psychologues, assistant.es de service social et les médecins car cette structuration ne correspond ni aux besoins des élèves ni à ceux de l’Ecole. Plusieurs corps professionnels à l’Education nationale s’indignent de l’ajout d’articles n’ayant fait l’objet d’aucune discussion car ils seraient délétères pour les élèves et leur réussite scolaire.

Le SNICS-FSU rappelle que les infirmier.es de l’Education nationale sont les conseiller.es en santé des équipes éducatives et pédagogiques, des chefs d’établissement, des directeurs d’école des IA-DASEN, des recteurs et de la DGESCO. Face à la vision réductrice et corporatiste de la santé à l’école du projet de loi « BLANQUER »,sans dialogue social, ni même de débat à l’Assemblée nationale, il est essentiel que notre Ministre prenne enfin en compte l’expertise et la compétence des 8000 infirmier.es dans l’intérêt de tous les élèves.

Les infirmier.es de l’Education nationale et le SNICS exigent la suppression des articles 2 ter, 16 biset 16 ter du projet de loi « pour une école de la confiance » car ils transforment en profondeur le concept de santé à l’école et l’exercice infirmier à l’éducation nationale.

Les personnels infirmiers de l’Education nationale se mobiliseront à PARIS le 7 mai pour la promotion de la santé à l’école au service des élèves et de leur réussite.

Saphia Guereshi, secrétaire générale du SNICS FSU.

Flash info

Le CTA (comité technique académique) s’est tenu le mardi 26 mars.

Le SNICS est le seul syndicat infirmier présent au CTA.

Les suppressions de postes proposées par l’administration lors du GT du 4 mars dernier, ont été présentées.

Le SNICS a dénoncé ces suppressions de postes motivées par les ouvertures d’établissements pour la rentrée 2020 et a demandé des créations de postes.

 

Puis, le SNICS a développé les conséquences les élèves internes notamment, population fragilisée, qu’auraient ces suppressions de postes.

Le Recteur a entendu les arguments avancés par le SNICS et a décidé du maintien d’un 1/2 poste sur le lycée de Tinténiac.

La suppression d’un poste sur Kérichen à Brest est malheureusement maintenue.

 

C’est tout de même une belle victoire et pour le SNICS mais   nous regrettons la décision de supprimer un poste au lycée de Kerichen.

 

Une autre bataille est à mener, celle de notre maintien à l’éducation nationale.

Elle ne se gagnera qu’en étant très nombreuses le 7 mai prochain à PARIS

 

-      Souhaitez-vous continuer à exercer des missions d’accueil d’écoute et de suivi des élèves au sein des établissements scolaires ?

-      Souhaitez-vous continuer à être conseillère santé auprès des chefs d’établissement, sous leur responsabilité hiérarchique ?

-      Souhaitez-vous faire partie de l’équipe éducative, participer à la réussite scolaire des élèves ?

-      Souhaitez-vous continuer d'exercer vos missions en autonomie et dans les conditions actuelles, notamment en matière d'organisation du temps de travail?

 

Si oui venez participer à la mobilisation unitaire qui aura lieu le 7 mai prochain à Paris.

 

Inscrivez-vous le plus rapidement possible auprès  Cécile Guennec secrétaire académique  06 61 41 01 22 afin que le SNICS puisse organiser le déplacement qui se fera en train. Votre inscription doit nous parvenir pour le 2 avril .

 

 

 

 

 

 

Bulletin académique 80 mars – avril 2019

 

Vous trouverez ci-joint le dernier bulletin académique du SNICS

Sommaire

Page 1 : édito

 Page 2 : Les membres du bureau. La préparation concours. Les mutations.

Page 3: les réunions d’info syndicales. les groupes de travail.la souscription

Page 4 : l’école de la confiance

 

Page 5 et 6 : Bulletin de syndicalisation.

bulletin 80 mars avril 2019.pdf
Document Adobe Acrobat 677.1 KB

L’école de la confiance ' Communiqué de Presse SNICS-­FSU – SNIES-­Unsa

 

A travers le projet de loi pour une Ecole de la confiance, le Ministre de l’Education

nationale ressuscite le service de santé scolaire mis en extinction par la

représentation nationale en 1982 car reconnu « obsolète, inefficace et inadapté à

l’école et à l’évolution de l’état sanitaire des jeunes ».

M.BLANQUER criait pourtant haut et fort qu’il fallait rompre avec les vieilles

habitudes qui consistent à défaire ce que les précédents ont mis en oeuvre. La réalité

est tout autre. Il sacrifie les besoins en santé des élèves et leur réussite scolaire sur

l’autel d’intérêts corporatistes.

Alors que depuis des décennies, les gouvernements successifs se sont inscrits et ont

renforcé la dimension éducative de la Santé à l’Ecole et la nécessaire responsabilité

du ministère de l’Education nationale en la matière, M. BLANQUER et Mme BUZYN

jouent aux apprentis sorciers en recréant un service de santé des élèves rattaché

conjointement aux deux ministères.

Les infirmier.e.s refusent de s’inscrire dans cette vision médico centrée archaïque de

la politique de Santé à l’Ecole qui ne répondra pas aux demandes et besoins

exprimés par les élèves.

Le SNICS et le SNIES qui représentent près de 92 % d’infirmier.e.s de l’Education

nationale et de l’enseignement supérieur s’opposeront fermement à ce projet

mortifère pour les élèves et la profession.

Contact presse

CP SNICS-SNIES 14 fevrier 19 .pdf
Document Adobe Acrobat 168.7 KB

Manifestation à Paris avec la neige !!!

vous trouverez  dans la galerie photo les photos de cette manifestation ou malgré le froid et la neige ,nous avons gardé notre bonne humeur pour défendre nos missions  

bulletin 79 decembre 2018.pdf
Document Adobe Acrobat 586.6 KB

Les infirmières choisissent  le SNICS

 

 Nous tenons tout particulièrement à vous remercier pour votre mobilisation et la confiance renouvelée au SNICS, lors des élections professionnelles.

 

Dans l’académie vous avez voté à 65,34% et à 71, 56 % pour le SNICS. Vous renouvelez ainsi votre confiance dans le SNICS, un syndicat de terrain, au plus près de vos préoccupations et reconnaissez que les mandats portés par le SNICS sont bien les vôtres.

 

CAPA :

Le SNICS obtient 4 sièges sur 5.  Chaque département a une commissaire paritaire SNICS ce qui a toute son importance puisque les postes ne seront plus gérés au niveau départemental mais au niveau académique.

En page 2 vous trouverez les coordonnées des commissaires paritaires SNICS élus.

 

CTA :

La FSU a obtenu 5 sièges sur 10 : Ce qui permet au SNICS d’avoir un siège de suppléante et de porter au niveau académique la parole des infirmières.

 

Au niveau national, le SNICS reste en première place et remporte 6 sièges sur 9 à la Commission Administrative Paritaire nationale (CAPN).

 

Par ces votes sans ambiguïté, les infirmiers.es reconnaissent l’action syndicale du SNICS, son investissement pour la défense de la profession et accordent leur confiance pour le suivi et les avancées des dossiers importants.

Les infirmiers.es se reconnaissent dans les mandats du SNICS qui défend les missions de l’infirmière à l’EN , sa place dans l’équipe éducative et son rôle dans la réussite scolaire des élèves et étudiant.e.s.

 

C’est pourquoi, pour défendre notre place et contrer la vision médico-centrée du gouvernement, le SNICS organise un congrès extraordinaire à Paris le 22 Janvier 2019.

Les personnels confortent la FSU dans sa première place à l'Éducation

Dans un contexte de remise en cause par le gouvernement des instances de dialogue social et de marginalisation du rôle des organisations syndicales, la FSU se félicite de la participation des personnels de l'Éducation nationale (en hausse de 0,9 % par rapport à 2014), qui plus est dans des conditions de vote chaotique dès le premier jour.Avec une augmentation de plus de 6 300 voix pour la FSU par rapport aux élections de 2014, les électeurs et électrices de l'Éducation ont ainsi renouvelé leur confiance aux délégué.es du personnel de la FSU et de ses syndicats pour les représenter. Ces élections montrent une grande stabilité des résultats entre les différentes organisations. Le nombre de sièges attribués au CTM restant même à l'identique.

La FSU reste sans conteste la première fédération de l'Éducation nationale.Un atout considérable pour continuer de défendre au quotidien les personnels dans l'exercice de leurs missions, le bon déroulement de leur carrière mais aussi pour obtenir une meilleure reconnaissance de leurs qualifications et une amélioration de leurs conditions de travail.


La FSU reste également totalement engagée pour défendre et conforter le service public d'éducation au service de la réussite de tous les élèves. Des élèves confrontés aussi aujourd'hui à la prégnance des inégalités sociales ce qui rend urgent la démocratisation du système éducatif.

La FSU reste mobilisée pour donner un avenir à la jeunesse.

Alors que le Ministre cherche à faire croire que les personnels lui accordent un satisfecit permanent contre l'avis des organisations syndicales, ces élections constituent un message fort envoyé par les personnels et il devra en tenir compte tant sur la méthode de concertation que sur le contenu des réformes.  

rapport du  CESE (conseil économique social et environnemental) sur la santé à l'école

rapport du CESE.pdf
Document Adobe Acrobat 5.2 MB

Vous trouverez les photos de la manifestation dans la galerie photo